La maternité au Canada Expand

La maternité au Canada

Nouveau

Aujourd'hui, c'est Emie qui nous partage son expérience Québécoise ! Encore un joli témoignage que je vous laisse découvrir.

Plus de détails

0
0/5 - 0 commentaire(s)
Je m’appelle Émie, je vis à Rimouski au Québec. J’ai une petite Sasha qui a un an et que j’ai eu à 31 ans.
          
Après un an d’essais, le papa Dominique et moi avons pris rendez-vous à la clinique de fertilité (qui est publique, au sein de l’hôpital). Il faut avoir essayer pendant un an avant d’obtenir un rendez-vous. Finalement, c’est ce jour là, lors du rendez-vous, que nous avons appris que j’étais enceinte.
     
Trois options s’offrent à nous ici pour le suivi. Soit par un médecin accoucheur (médecin de famille qui a choisit de faire une spécialité auprès des femmes enceintes), soit via un gynécologue (mais je ne connais personne qui ait reçu ce suivi), soit via une sage-femme à la maison des naissances.
      
Si tu es suivie par un médecin de famille, tu accouches à l’hôpital.
     
Si tu es suivie par une sage-femme, tu peux alors choisir d’accoucher :
- à la maison des naissances : une maison aménagée spécialement pour les femmes accouchant. Pas d’intervention médicale, pas de péridurale, pas de césarienne... Si c’est nécessaire, transfert d’urgence à l’hôpital,
- à domicile : le territoire est très grand et il n’y a pas beaucoup d’hôpitaux... certaines choisissent donc cette option car elles sont trop loin d’un hôpital, 
- ou encore dans une salle spéciale à l’hôpital (mais tu n’es pas admise à l’hôpital pour autant).
     
Ici, je te dirais que la majorité des femmes que je connais se penchent vers la sage-femme et la maison des naissances, car le suivi y est réputé très personnalisé tout au long de la grossesse et dans les semaines qui suivent. Cependant, la maison est à 35 minutes de la ville et en hiver, ça peut être sport !
     
Personnellement, j’ai opté pour le suivi avec un médecin avec donc, un accouchement à l’hôpital qui est à 10 minutes de chez nous.
     
     
L’accouchement naturel y est vraiment mis en valeur. Personne n’a le droit de nous demander si on veut la péridurale. Les infirmières nous proposent nos choix: bain, ballon, massage, tapis, péridurale... à notre arrivée et nous demandent à quoi nous sommes ouvertes. Si on dit qu’on serait ok pour une péridurale, elles nous mettent un cathéter au cas où. Personnellement, je leur ai dit que j’étais prête à tout, mais ce n’est que quand je l’ai demandé qu’ils me l’ont donné :) 
    
Tu peux accoucher, si tout va bien, dans la position que tu veux. La motricité pendant le travail est fortement encouragée. La descente du bébé se fait au plus de manière naturelle.
    
Les accompagnantes sont adorables. Tout ce qui compte est notre confort. Elles te massent, t’apportent des lingettes fraîches sans que tu ne demandes rien. Te soutiennent. Respirent avec toi. Te ramènent sur terre quand la douleur t’amènent trop loin. Bref ! Dans notre hpital: des infirmières en or.
    
    
Une fois le bébé présent, le peau à peau se fait quasiment directement si tout va bien: 2h avec maman, 1h avec papa. 
     
Le séjour à l’hôpital est évidemment ponctué de visites d’ordre médical mais tout se fait dans le calme. On nous montre les soins. On respecte les tétées puisque l’allaitement est encouragé. Les infirmières te donnent des trucs, des positions pour t’aider. Si cela ne se passe pas bien, une infirmière spécialisée en lactation peut être contactée.
    
Comme nous allions toutes les deux bien, que ma fille reprenait déjà son poids, on nous a proposé de rentrer à la maison très rapidement. J’ai accouché dans la nuit de jeudi à vendredi, et samedi, j’étais à la maison en après-midi.
    
Bref un séjour à l’hôpital vraiment chouette et un accouchement de rêve.
    
     
Au retour à la maison, une infirmière passe dans les 48h, s’assurer que tout va bien. Par la suite, le suivi médical se fait aux 3 semaines, 6 semaines, 3 mois, 6 mois, 9 mois, 12 mois, 18 mois etc du bébé. Et non tous les mois comme en France, si tout va bien évidemment.
    
Le congé de maternité est de 18 semaines. Le congé de paternité est de 5 semaines, mais à cela s’ajoute un congé parental qui peut être partagé entre les deux parents, et qui s’étire sur 35 semaines. Du coup, mon chum a eu 2 semaines de plus et je suis restée un an à la maison avec ma poulette. Cela favorise évidemment un allaitement long. Ma fille, 13 mois est toujours allaitée. À cela s’ajoutent des subventions trimestrielles pour le Québec et mensuelles pour le Canada en fonction de ton revenu. Ça compense durant le congé parentalité où les dernières semaines ne sont rémunérées qu’à 50% de ton salaire.
    
L’allaitement long est encouragé par le gouvernement pour la première année du bébé. Tout est mis en place pour que ça se passe bien. On a un cours prénatal spécifique sur la question. Il y a des marraines d’allaitement dans ma ville que tu peux appeler n’importe quand.
     
face-1083872__340.jpg
       
Pour la diversification, on voit de tout. Personnellement mal informée, j’ai diversifié ma poulette aux purées, mais la DME se fait aussi beaucoup. On commence ici par l’introduction de tout ce qui est riche en fer : céréales enrichies, viande, etc. Ça change par rapport à la France je pense.
        
Le type d’éducation est moins strict qu’en France. On parle beaucoup à l’enfant et les violences sont très mal vues. Je ne saurais te dire si elles sont légales.... 
       
Enfin, concernant les services de garde : il y a les crèches publiques et les milieux familiaux privés. Le problème est qu’il y a une ÉNORME pénurie de place et que beaucoup (comme moi) ont du mal à retourner au travail car on ne trouve rien !

               

-----------------------------------        

Merci Emie, ton témoignage nous montre encore une fois que les choses sont bien différentes d'un pays à l'autre.

On sent une grande bienveillance dans toutes les étapes ! Plein de bonheur à ta petite famille :)

          

Aucun commentaire pour le moment


Ajouter un commentaire