Dans la jungle des déodorants Expand

Déodorant

Nouveau

Dans la jungle des déodorants... Entre les risques potentiels dus à l'aluminium, au trichlosan ou autres joyeusetés, et le besoin d'utiliser un produit déodorant, il est parfois difficile de s'orienter pour le choix d'un produit. Alors pourquoi ne pas le faire soi-même ?

Plus de détails

0
0/5 - 0 commentaire(s)

Optimiser sa santé, ce n'est pas que repenser son alimentation. C'est aussi contrôler ses cosmétiques !

Pour le déodorant, ce produit que nous j’utilise quotidiennement, sur la peau fragile et particulièrement perméable que constitue l'aisselle, mes critères de choix principaux sont efficacité et innocuité.

Efficacité car nous vivons en société, et je souhaite pouvoir passer la journée sereinement sans incommoder les personnes que je côtoie.

Innocuité car nous mettons quotidiennement en contact avec notre peau et nos muqueuses toutes sortes de produits, et que leur composition laisse parfois (souvent...) à désirer. Conservateurs, colorants, parfums, perturbateurs endocriniens, aluminium... Toutes ces substances peuvent, à la longue, perturber notre physiologie. Voici une vidéo qui donne plus de précisions :

J'ai ainsi longtemps cherché la formule idéale. A l’occasion d’un atelier Cosmétiques au Naturel que nous organisons avec Caro, ma naturopathe préférée, et amie d’enfance pour ne rien gâcher, j’ai compilé plusieurs recettes pour arriver à mon but. J’obtiens ainsi un déo naturel, sans aluminium ni autre produit potentiellement néfaste. Il se présente sous forme d’un baume, dont on applique l’équivalent d’un petit pois sous chaque aisselle. Grâce à sa formulation, il est respectueux de la physiologie du corps en n’empêchant pas le phénomène de transpiration, mais il limite l’humidité (grâce au bicarbonate de sodium et à la fécule) et surtout empêche la formation de mauvaises odeurs (merci à l’huile de coco, au bicarbonate de sodium et aux huiles essentielles).

Envie de tester ?

Pour un petit pot de 30g, il vous faudra :

  • 13,3g d’huile de coco

  • 12g de bicarbonate de sodium

  • 5g de fécule (de maïs ou de pomme de terre) ou d’arrow-root

  • 5 gouttes d’huile essentielle de Palmarosa et 5 gouttes d’huile essentielle de Menthe poivrée

Attention ! Par précaution, les personnes sensibles aux huiles essentielles et les femmes enceintes ou allaitantes utiliseront ce déo sans les huiles essentielles.

Mise en oeuvre :

  • Faire fondre doucement au bain-marie l’huile de coco jusqu’à liquéfaction totale,

  • Ajouter les poudres (bicarbonate de sodium et fécule) et bien mélanger,

  • Hors du bain-marie, ajouter les huiles essentielles et mélanger à nouveau,

  • Si le mélange a commencé à se solidifier, remettre quelques secondes au bain-marie pour le reliquéfier,

  • Bien essuyer le fond du récipient (pour éviter qu’une goutte d’eau ne glisse dans le pot, ce qui compromettrait la conservation du déo) et verser la préparation dans le petit pot. Laisser refroidir avant de refermer. Etiqueter le pot.

  • Le pot se conserve 3 mois, au réfrigérateur tant qu’il n’est pas entamé. Il durera en environ 3-4 semaines. Avant la première utilisation, homogénéiser le tout : en refroidissant, les poudres ont tendance à tomber au fond du pot. Pour plus d’hygiène, il est recommandé de prélever le déodorant à l’aide d’une petite spatule propre.


J’utilise ce déo depuis presque 1 an. Avant, j’y ajoutais de la cire d’abeille qui stabilisait la formule (pas besoin de le mélanger avant la première utilisation), mais celle-ci me provoquait des poils incarnés et des irritations. Depuis que je ne l’utilise plus dans la formule, il est vraiment parfait, pour son efficacité, et son innocuité !

Aucun commentaire pour le moment


Ajouter un commentaire